fil


fil

fil [ fil ] n. m.
XIIe; lat. filum
I
1Brin long et fin ( fibre) des matières textiles. Réunion des brins de ces matières tordus et filés. Fil à tisser. Fil de lin, de chanvre, de coton, de laine, de soie, de nylon, de polyester. Chaussettes en fil d'Écosse. Fil cardé, peigné, câblé, retors. Fil de trame, de chaîne d'un tissu. Tirer les fils. effiler, effilocher. — DROIT FIL : le sens des fils (trame ou chaîne) d'un tissu (opposé à biais). Ellipt Une jupe droit fil. Loc. fig. (1954) Dans le droit fil de : dans la ligne de pensée, l'orientation de. Dans le droit fil de la politique gouvernementale. conforme (à), orthodoxe.
Fil de lin. Des draps de fil, pur fil. « Sa main gantée de fil » (Green).
2Spécialt FIL À COUDRE ou absolt FIL : brins filés et tordus utilisés pour la couture. Bobine de fil. Fil à bâtir, à broder, à repriser. Fil à boutons. Gros fil. Fil invisible. Un dé, du fil et une aiguille. Passer un fil pour bâtir ( faufil) , pour border ( surfil) .
Loc. fig. COUSU DE FIL BLANC : trop apparent pour abuser quiconque. « Cela n'avait pas le sens commun, c'était cousu de fil blanc » (Renan). — DE FIL EN AIGUILLE : petit à petit, insensiblement. — Avoir un fil sur la langue : zézayer légèrement. ⇒ cheveu. Mince comme un fil : très mince. ⇒ filiforme. Donner du fil à retordre à qqn.
3Brin de matière textile, de fibre ou de toute matière souple, servant à tenir, attacher. Les fils d'un câble, d'une corde, d'une ficelle. Fil de caret (mar.). Fil de canne à pêche. ligne. « Les perles ne font pas le collier; c'est le fil » (Flaubert). Fibre utilisée pour les sutures, les ligatures en chirurgie. Se faire retirer les fils. Fils qui se résorbent. catgut. — FIL À PLOMB : instrument formé d'une masse de plomb fixée à un fil, servant à donner la verticale.
Marionnette à fils. Fig. Tenir dans sa main les fils d'une affaire, les moyens de la faire marcher. ⇒ ficelle. Ne tenir qu'à un fil, à très peu de chose, être fragile, précaire. Sa vie ne tient plus qu'à un fil. Fam. Avoir un fil à la patte : être tenu par un engagement dont on voudrait bien se libérer.
♢ FIL D' A RIANE (de la pelote de fil qu'Ariane remit à Thésée pour lui permettre de ne pas s'égarer dans le Labyrinthe) ; FIL CONDUCTEUR; FIL ROUGE : ce qu'on peut suivre pour se diriger. « Le classement est le fil d'Ariane dans le dédale de la nature » (Maurois). Le fil conducteur d'une enquête. « trouver le fil conducteur, saisir le fil de ma vie » (Duhamel). Suivre le fil rouge.
4Par anal. Morceau d'une matière qui s'étire en brins longs et minces. Les fils du gruyère fondu.
5Sport Limite d'arrivée d'une course à pied. Être coiffé sur le fil (cf. Au poteau).
6Matière métallique étirée en long brin mince. Fil métallique ( filière, tréfilerie) . Fil de plomb, de cuivre, d'or ( filigrane) . Fil de laiton. archal. Câble en fil d'acier.
Cour. FIL DE FER : fil métallique (fer, acier). Clôture en fils de fer. Fil de fer barbelé. Avoir des jambes comme des fils de fer, très maigres.
♢ FIL À COUPER LE BEURRE : instrument formé d'un fil métallique portant à ses extrémités deux poignées, et qui sert à débiter les mottes de beurre. — Fig. et fam. Il n'a pas inventé le fil à couper le beurre.
7Spécialt FIL ÉLECTRIQUE, ou absolt FIL : conducteur électrique fait de fil métallique entouré d'une gaine isolante. ⇒ câble. Fil d'une lampe. Fils télégraphiques, téléphoniques. Fil de terre. Fil d'antenne. Télégraphie, téléphonie sans fil. 2. radio, T. S. F. Appareil électrique, téléphone sans fil, muni d'une batterie rechargeable.
Fam. Absolt Fil téléphonique; téléphone. Qui est au bout du fil ? à l'appareil. Il l'entendait rire au bout du fil. COUP DE FIL. appel, communication. Donner, passer, recevoir des coups de fil.
8Matière produite et filée par l'organisme de quelques animaux. Les fils du vers à soie. Spécialt Ce que l'araignée sécrète pour se mouvoir dans l'espace, faire sa toile, piéger ses proies. « Un seul fil remué fait sortir l'araignée » (Hugo). Fils de la vierge : fils de certaines araignées qui ne font pas de nid et que le vent emporte (par allusion poétique à des fils soyeux échappés du fuseau de la Vierge Marie). ⇒vx filandre.
9Sens des fibres. Couper un morceau de viande dans le fil. « Il prescrivait de tailler des planchettes dans le fil du bois » (Valéry).
10Filament durci de certains légumes, de certains fruits (notamment les haricots), que l'on enlève avant de les consommer. Haricots verts sans fils.
11(1783) Défaut, sorte de veine dans une pierre le long de laquelle une brisure peut se faire. Cette tablette de marbre a un fil.
IIFig.
1(XIIe) Vieilli Sens dans lequel un cours d'eau coule ( 2. courant). Suivre le fil d'une rivière. Loc. cour. Au fil de l'eau. « La rue m'emporta, comme un noyé au fil de l'eau » (Duhamel). Fig. AU FIL DE : tout au long de; à mesure que le temps passe. Au fil du temps, des ans. « Les complications se dénoueraient d'elles-mêmes au fil des heures » (Mac Orlan).
2Cours, enchaînement. Le fil des événements, des pensées. suite. Le fil de la conversation. Suivre le fil de ses idées. Perdre le fil : ne plus savoir ce qu'on voulait dire. « J'ai besoin de ne pas perdre le fil de mes pensées » (Flaubert). « Je perds le fil de mon pauvre courage, comme un orateur maladroit perd le fil de son discours » (Bernanos).
III(XVIe) Fig. Partie coupante d'une lame. tranchant. Fil d'un couteau, d'un rasoir, d'une épée ( taille) . Loc. Sur le fil du rasoir : dans une situation instable et dangereuse. Donner le fil à une lame. affiler. Passer au fil de l'épée : tuer en passant l'épée au travers du corps. ⊗ HOM. File.

Fil fil métallique utilisé comme conducteur électrique.

fil
n. m.
rI./r
d1./d Brin mince et long de matière végétale, animale ou synthétique, tordu sur lui-même et servant principalement à fabriquer les tissus ou à coudre. Fil de coton.
COUT Couper (de) droit fil, en suivant un fil.
|| Loc. fig. De fil en aiguille.
Cousu de fil blanc.
Ne tenir qu'à un fil: être précaire, instable.
Fil d'Ariane, fil conducteur, qui permet de se guider dans des recherches difficiles.
d2./d Fil à plomb: fil tendu par un poids et donnant la verticale.
d3./d Métal étiré, de section circulaire et de faible diamètre. Fil de fer.
|| ELECTR Conducteur du courant électrique. Fil électrique. Fil téléphonique.
Fam. Passer un coup de fil à qqn, lui téléphoner.
d4./d Fils de la vierge: fils tendus entre herbes et buissons par certaines araignées.
rII./r
d1./d Direction des fibres (de la viande, du bois).
d2./d Courant (d'un cours d'eau). Suivre le fil de l'eau.
d3./d Fig. Liaison, enchaînement. Perdre le fil de ses idées.
rIII/r Tranchant d'une arme, d'un outil. Le fil d'un rasoir.

⇒FIL, subst. masc.
I.— Au sing. ou au plur.
A.— TEXT. Fibre longue et déliée d'une matière textile naturelle ou fibre continue d'une matière synthétique. Fil de ver à soie; fil de nylon, de rayonne.
P. méton. Ensemble de brins de ces matières tordus ou filés. J'aide à dévider les écheveaux de fil (RENARD, Poil Carotte, 1894, p. 103). Il a pris une petite pelote de fil dans le panier à ouvrage de sa mère (GIDE, Souv. Cour d'ass., 1913, p. 673). Cinq sous de fil à coudre (MONTHERL., Lépreuses, 1939, p. 1426).
SYNT. Fil câblé, cardé, peigné, retors; fil écru, teint; fil de chanvre. Fil de chèvre (cf. J. femmes, mai 1847, p. 237). Fil de coton, de lin, de laine; fil à broder, à faufiler, à repriser; aiguillée, bobine de fil; fil à voile(s), de caret. Fil d'Écosse. Fil de coton à longues fibres, mercerisé et résistant (cf. LORRAIN, Âmes automne, 1898, p. 116).
1. Domaine du tiss. et de l'habill.
a) Emploi abs. Fil. Fil de lin ou toile de lin. Parfois, un camarade laissait en passant quelque écheveau... ils abondaient dans les maisons : de laine, de fil ou d'étoupe (PESQUIDOUX, Livre raison, 1932, p. 19) :
1. La classe bourgeoise agit comme le pauvre, Ainsi le linge de fil manque. En Angleterre, où le coton a remplacé le fil chez les quatre cinquièmes de la population, on ne fabrique déjà plus que du papier de coton.
BALZAC, Illus. perdues, 1843, p. 119.
b) Expr. et loc.
(De) droit fil. En suivant les fils du tissu, sans biaiser. Aller/couper (de) droit fil. Où en est la mode et la manière dont je dois tailler les manches? Je crois que maintenant on les fait droit fil (SAND, Corresp., t. 1, 1812-76, p. 64). Au fig. Aller de droit fil. ,,Aller directement à son objet`` (Ac.).
Fil de chaîne, de trame.
Fil à fil. Un fil après l'autre. Le bas du pantalon d'Arbaud est frangé d'une bordure brasillante qui ronge l'étoffe fil à fil (GIONO, Colline, 1929, p. 158). V. aussi fil-à-fil.
Au fig. Peu à peu. Atténués fil à fil par une bénédiction venue si tard, les tristesses d'autrefois s'y entrelaçaient avec les joies neuves (BLOY, Femme pauvre, 1897, p. 219). Ne valait-il pas mieux accepter cette Cécile tourmentée (...) quitte à la soigner, à la conquérir fil à fil, par une vie entière de patience et d'adoration (DUHAMEL, Nuit St-Jean, 1935, p. 215).
N'avoir pas/plus un fil de sec. Transpirer au point que les vêtements en sont mouillés. Vous pensez bien que, pendant ce temps-là, je n'avais pas un fil de sec (BOURGET, Drame, 1921, p. 304).
2. Au fig.
a) Loc. adv. et verb. Couper un fil/les fils en quatre (vieilli). Subtiliser à l'excès. (Quasi-)synon. ergoter; synon. couper les cheveux en quatre. Cousu de fil blanc, de gros fil; de fil en aiguille. Donner du fil à retordre à qqn. Lui causer des ennuis, des embarras. Notre cas n'est pas clair et nous donnerions aux théologiens du fil à retordre si ces docteurs avaient le temps de s'occuper de nous (BERNANOS, Journal curé camp., 1936, p. 1217).
[P. réf. à la minceur, à la fragilité du fil]
Tenir à/par un fil. Être fragile, précaire, tenir à peu de chose. Il n'a tenu qu'à un fil que mes beaux-frères n'accordassent un crédit à Birotteau! (BALZAC, C. Birotteau, 1837, p. 346).
b) [P. réf. à la myth. grecque]
[P. réf. aux Parques qui filaient les destinées humaines] Le fil de la vie, des destinées, des jours. Cours de la vie, de l'existence humaine. J'étais loin en ce moment d'imaginer que je venais de trancher de mes propres mains le fil de mes destinées à Longwood!!! (LAS CASES, Mémor. Ste-Hélène, t. 2, 1823, p. 389).
[P. réf. au fil qu'Ariane donna à Thésée pour le guider dans le Labyrinthe] Ce qui sert à guider, à diriger dans des circonstances difficiles ou délicates. Par cette légère esquisse, j'ai essayé de donner un fil aux écrivains qui viendront après moi (CHATEAUBR., Litt. angl., t. 1, 1836, p. 104). Cela vous contrarie, n'est-ce pas, qu'il jette ainsi un peloton de fil dans mon labyrinthe? (DUMAS père, Monte-Cristo, t. 1, 1846, p. 581). Jusqu'à présent, nous n'avons fait pour ainsi dire que poser les fils conducteurs de cette vaste intrigue ourdie par le génie de sir Williams (PONSON DU TERR., Rocambole, t. 2, 1859, p. 337).
c) [P. réf. au fil que les enfants attachent à la patte d'un hanneton pour l'empêcher de s'enfuir] Un fil à la patte. Une entrave à la liberté d'une personne. Un fil à la patte, titre d'une pièce de Feydeau (1894). Mais, pauvre hanneton, j'ai un fil à la patte (MALLARMÉ, Corresp., 1862, p. 29) :
2. Trimault enragea quand il la sut enceinte. Ah! non! Ce n'est pas à son âge qu'on se laissait attacher un fil à la patte. Après tout, il ne l'avait pas eue vierge. S'il la lâchait?
DABIT, Hôtel Nord, 1929, p. 69.
d) P. métaph., au plur. [P. réf. à l'aspect inextricable de fils qui s'entrecroisent] Voir les fils de la trame que tisse l'envie (BALZAC, Annette, t. 3, 1824, p. 151) :
3. La grande force qui agit, évidemment, c'est la contrainte de la collectivité. Une fois que l'homme est là, il faut qu'il y reste. Il est pris comme un rat. Que ce soit le peloton d'exécution, la honte, le déshonneur, l'impossibilité morale, la peur mystique, le tabou... tous les fils du piège s'entrecroisent, et l'homme est tenu de tous les côtés.
ROMAINS, Hommes bonne vol., 1938, p. 228.
B.— Autres domaines.
1. Arg., vx. Fil de soie. Lacet souple et résistant qui étrangle une victime. Un coupe-gorge, le pays du couteau et du fil de soie (D'ESPARBÈS, Folie épée, 1927, p. 188). P. ext. Voleur (LARCH. 1880); malfaiteur. Si t'étais mal fringué, ta proie Te prendrait pour un fil de soie (HOGIER-GRISON, Monde où l'on triche, 1886, p. 171).
2. JOAILL. Fil de perles, de pierres précieuses. Collier de perles, rang de pierres enfilées. La mère de Renée encore jeune, avec un fil de perles au cou (GONCOURT, R. Mauperin, 1864, p. 336). Une bourse en or d'où pendaient des fils de grenats (PROUST, Sodome, 1922, p. 808).
3. CHIR. Fibre d'origine organique ou inorganique (V. infra C 2 b), résorbable ou non, utilisée pour des sutures ou ligatures. Mettre, poser, retirer des fils. Enfin, on l'a recousue, on a noué tout ça avec du fil et des épingles... ça ne fait rien, je t'assure que je vivrais cent ans, je n'oublierais pas ce que c'est qu'une opération césarienne! (GONCOURT, Journal, 1864, p. 95). Un fil est passé sous les grosses artères, qu'on ligature (CAMEFORT, GAMA, Sc. nat., 1960, p. 278).
4. SP. Limite de l'arrivée d'une course à pied, parfois matérialisée par un fil tendu. Être coiffé sur le fil. Lalanne aborda la ligne droite avec 20 mètres d'avance (...) Baudouin sprintant rageusement, le passa sur le fil (L'Œuvre, 27 janv. 1941).
5. TECHNOL. Fil à plomb. Instrument composé d'un objet lourd tenu au bout d'un fil, donnant la verticale. Il doit encore savoir se servir d'une équerre, (...) d'un niveau, d'un fil à plomb, en un mot, de tout outil permettant l'exécution correcte du travail (FILLON, Serrurier, 1942, p. 42).
P. métaph. La lumière, fil à plomb, vous tombait sur le crâne (GENEVOIX, Boîte à pêche, 1926, p. 110).
6. THÉÂTRE
a) Dans le langage des machinistes. Corde servant à la manœuvre des décors. Synon. ficelle. Cf. RIGAUD, Dict. arg. mod., 1881, p. 172.
b) Dans le théâtre de marionnettes. Ce qui sert à articuler des pantins et des marionnettes. Marionnettes à fil. Je vous sais assez fort, cousin, assez subtil, Pour prendre deux ou trois pantins au même fil (HUGO, Ruy Blas, 1838, IV, 7, p. 440).
P. métaph. Et Dieu pourtant n'a mis qu'un fil à chaque marionnette (BÉRANGER, Chans., t. 1, 1829, p. 205).
Au fig. Tenir les fils (d'une affaire). La diriger indirectement, ou à son gré (cf. Ac. 1878-1932).
C.— P. anal.
1. Ce qui, d'une substance pâteuse ou liquide, s'étire, s'écoule sous une apparence filiforme.
a) Au sing. ou au plur. Un cerisier crevé de blessures et qui perd sa gomme à longs fils roux (GIONO, Gd troupeau, 1931, p. 151). Les fils du gruyère chaud (H. BAZIN, Vipère, 1948, p. 218).
b) Au sing.
Un fil de + subst. Un peu de, un doigt de. Une main aussi ferme que si elle eût été coulée en bronze versa un fil de liqueur blond comme la topaze dans les verres de Venise (GAUTIER, Fracasse, 1863, p. 199). P. anal. Ce bois d'où ne sortait qu'un fil de fumée vers le soir (BOSCO, Mas Théot., 1945, p. 61).
Région. (notamment en Normandie). Eau-de-vie. Quand il avait bu le premier verre de fil, il la trouvait déjà plus gentille (MAUPASS., Contes et nouv., t. 2, Noyé, 1888, p. 1151).
Rem. Fil est ,,souvent complété par un nom de nombre qui fait allusion à la force de l'alcool (...). Plus le nombre est élevé et plus le degré de l'alcool l'est aussi`` (R. LEPELLEY, Colloque sur le Fr. parlé ds les Villages de Vignerons, 18-20 nov. 1976, Dijon, Paris, Klincksieck, 1977, p. 90). Fil en trois, en cinq, en six. On entre chez un marchand de fil en trois (PAILLET, Voleurs et volés, 1855, p. 28). Donne donc un peu de fil en quatre, fille perdue (GIONO, Gd troupeau, 1931, p. 89).
2. Spécialement
a) Domaine de la nature. Substance flexible, très déliée, que produisent certains animaux, notamment l'araignée. Lorsqu'on tire de l'eau cet animal [un certain zoophyte], il lance une liqueur blanche qui se change dans l'instant en un paquet de fils très déliés (BERN. DE ST-P., Harm. nat., 1814, p. 135). Un de ces vigoureux insectes, buveurs de miel, enlacés dans les fils gluants d'une araignée (BLOY, Femme pauvre, 1897, p. 269).
Fils de (la Vierge). [P. réf. poétique à des fils échappés du fuseau de la Vierge]. Fils légers produits par diverses araignées, voltigeant dans l'air, notamment à l'automne. Synon. cheveux de la Vierge (poét.), filandre. Des soies refendues, plus légères que des fils de la Vierge (ZOLA, Rêve, 1888, p. 99). Un de ces fils blancs qui barrent en mai nos vergers (GIRAUDOUX, Suzanne, 1921, p. 97).
b) Domaine techn. Métal étiré en longueur, de faible section, généralement cylindrique. Fil d'argent, fil (de fer) barbelé, fil de cuivre, de laiton, d'or. Deux tourillons de gros fil de fer (NOSBAN, Manuel menuisier, t. 2, 1857, p. 217). Un fil métallique souple (ROUSSET, Trav. pts matér., 1928, p. 112).
Spéc. Fil à couper le beurre. Fil de cuivre ou de laiton muni de poignées à ses extrémités. Expr. fig. (fam.). Il n'a pas inventé le fil à couper le beurre. Il n'est pas malin.
ÉLECTR. Fil électrique. Fil composé d'un ou de plusieurs brins de cuivre, parfois d'aluminium et généralement entouré d'une gaine isolante, destiné au transport de l'électricité.
Absol. Ils enlevèrent des usines tout ce qui était électricité, fils et dynamos (VAN DER MEERSCH, Invas. 14, 1935, p. 141).
TÉLÉCOMM. Fil télégraphique, téléphonique. Télégraphie sans fil (T.S.F.).
Absol. Fil d'un circuit de téléphone. Au bout du fil. Chose prodigieuse, l'entretien a lieu par téléphone. Tous les autres fils ont sauté. Mais celui-là, au plus fort de la tourmente, a tenu (ROMAINS, Hommes Bonne vol., 1938, p. 37). Coup de fil. Coup de téléphone, communication téléphonique. Donner, envoyer, passer, recevoir un coup de fil.
II.— Gén. au sing. [Avec une idée de continuité, de direction]
A.— Au sing.
1. Courant de l'eau. Ces trembles centenaires à contrebas des quais sur les berges des deux rives, le tronc incliné dans le sens du fil de l'eau (CENDRARS, Bourlinguer, 1948, p. 308).
Au fil de l'eau. En suivant le courant. Un grand bateau plat descendait au fil de l'eau, qui clapotait fouettée par le vent (FLAUB., Éduc. sent., t. 1, 1869, p. 244).
2. Au fig. Suite, enchaînement. Perdre le fil d'une affaire, d'une conversation; le fil d'un discours, d'une narration; suivre le fil de ses idées. Il cherchait au fil de ce bavardage, à rassembler des indices capables de le renseigner sur l'état physiologique de la malade (MARTIN DU G., Thib., Été 14, 1936, p. 478).
Au fil des jours, des heures, des saisons. Tout au long des jours.
Au fil de la plume. Comme les idées vous viennent, sans souci de style. J'ai lieu de croire que ces cahiers, rédigés au fil de la plume, n'ont jamais été relus (DUHAMEL, Nuit St-Jean, 1935, p. 9).
B.— Sens, direction :
4. ... en août, alors que le maïs s'élève comme un taillis hérissé de fruits compacts, il aimait à parcourir ses moissons. Il y entrait à grands pas, suivant le fil des sillons, sans briser jamais une tige, et s'attardait à aller et venir dans la masse nourricière, et s'y plongeait, comme s'il voulait prendre un bain de sève et de vie végétales.
PESQUIDOUX, Livre raison, 1928, p. 186.
Spécialement
1. Au sing., ÉBÉNISTERIE. Sens des fibres du bois (correspondant à la direction de l'axe du fût). On débite le bois suivant le fil (NOSBAN, Manuel menuisier, t. 2, 1857, p. 262).
Bois de fil. Bois sans défaut de ce point de vue, ou disposé de façon que les veines du bois soient dirigées dans le sens de la longueur de l'ouvrage. Tables à écrire (...). Le dessus est composé d'un encadrement de quatre traverses (...) et assemblées à bois de fil (NOSBAN, Manuel menuisier, t. 2, 1857 p. 90).
De fil, loc. adv. Dans le sens des fibres. Anton. de bout :
5. Vers 1775, Thomas Bewick, entaillant les illustrations des Fables de Gay, adoptait une technique nouvelle, probablement d'origine arménienne et qui consistait à attaquer le bois, non plus de fil, comme autrefois, mais de bout, c'est-à-dire perpendiculairement au sens de la fibre, ce qui donne le maximum de densité à la matière à ouvrer ...
F. CALOT, L.-M. MICHON, P. ANGOULVENT, L'Art du livre en France des orig. à nos jours, Paris, Delagrave, 1931, p. 161.
P. anal. Sens des fibres d'une matière organique. Couper une pièce de bœuf dans le fil (Ac.). La pipe d'écume demande à être bourrée contrairement au fil du tabac et dans le sens de la hachure (COURTELINE, Boubouroche, Art culotter pipe, 1897, p. 284) :
6. ... chaque morceau de cuir [d'une selle] a été si bien biseauté au tranchet double qu'une fois assemblé avec les autres morceaux il s'y confond; quoiqu'il s'entrecroise avec le fil, le soyeux, le lustré et le grain de l'autre, son fil, son soyeux, son lustré et son grain.
GIONO, Triomphe vie, 1941, p. 25.
2. Au sing. et au plur., CARR. Fente ou veine qui divise la masse d'une pierre en plusieurs parties. Si la cassure [d'une pierre] est anguleuse c'est que la pierre est coupée de fils ou surfaces de séparation (CAHEN, BRUET, Carrières, 1926, p. 50).
III.— Au sing. [Le fil est considéré comme une ligne rectiligne] Tranchant d'une lame. Fil d'un rasoir, d'un sabre. Elle a regardé la faux. Elle a passé son pouce sur le fil de la lame (GIONO, Gd troupeau, 1931, p. 144).
Loc. verbales.
Donner du/le fil à. Aiguiser, affûter, affiler. Donner le fil à un rasoir, à un couteau (Ac.).
Avoir du/le fil. Être bien aiguisé. Un couteau? (...) tu en as un dans ta poche (...) et qui a le fil (SUE, Myst. Paris, t. 3, 1842-43, p. 37).
Ôter le fil à un rasoir, à un couteau, etc. ,,Passer sur la pierre un rasoir, un couteau, etc. fraîchement repassé, pour enlever la partie faible et pliante du fil`` (Ac.).
Vx. Passer au fil de l'épée. Tuer en transperçant le corps d'une épée. Les Romains faisoient passer au fil de l'épée des villes et armées entières (BONALD, Législ. primit., t. 2, 1802, p. 100).
Arg. et vx. [,,Dans l'argot du peuple qui assimile l'homme à un couteau et l'estime en proportion de son acuité`` (DELVAU 1883)] Avoir le fil. Être rusé, avoir de l'adresse. Personne n'était plus habile à moucharder les femmes ou à les tenter, par l'appât des colifichets et des ajustements : elle avait ce qu'on appelle le fil au suprême degré (VIDOCQ, Mém., t. 3, 1828-29, p. 261).
REM. Fil(-)de(-)feriste, (Fil de feriste, Fil-de-feriste)subst. Équilibriste sur fil. Synon. usuel funambule. Un nouveau métier, ça ne me fait pas peur. Mais je ne voudrais pas être paillasse ou monstre. Acrobate, ça m'aurait assez plu. Fil de feriste : épatant (QUENEAU, Pierrot, 1942, p. 197).
Prononc. et Orth. :[fil]. Ds Ac. 1694-1932, LITTRÉ et DUPRÉ 1972 trouvent plus euphonique de ne pas faire la liaison au plur. : des fils argentés []. Homon. file. Étymol. et Hist. Ca 1160 « brin ténu » en partic. fil de l'albe « point du jour » (Eneas, 1267 ds T.-L.). A. 1. Ca 1170 li filz d'or (CHR. DE TROYES, Erec et Enide, éd. M. Roques, 1638); 2. 1856 fil télégraphique (POUILLET, Él. de Phys., I, p. 808). B. 1. 1176-81 « brin long d'une manière textile » Et fil e aguille (CHR. DE TROYES, Chevalier Lion, éd. M. Roques, 5416); 1269-78 fig. de fil en agueille (J. DE MEUN, Rose, éd. F. Lecoy, 15740); 2. en partic. 1382 viel fil de caret (Comptes du Clos de Galées, éd. Ch. Bréard, p. 53); 3. 1790 au fig. (MARAT, Pamphlets, C'en est fait de nous, p. 203 : le fil de tous les noirs complots des ennemis de la révolution); 4. 1824 fil à plomb (BARANTE, Hist. ducs Bourg., t. 3, p. 158). C. 1. Ca 1195 « enchaînement, suite » (AMBROISE, Guerre sainte, 2395 ds T.-L.); 2. ca 1200 « déroulement dans le temps de l'espace » ici « sens dans lequel s'écoule un courant » au fil de l'eve (RAIMBERT DE PARIS, Ogier le Danois, 8088, ibid.). D. 1559 « tranchant » (AMYOT, Othon, 23 ds LITTRÉ). Du lat. class. filum « fil, filament », aux sens propre et figuré. Fréq. abs. littér. :2 665. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 2 596, b) 3 921; XXe s. : a) 3 760, b) 4 756. Bbg. DUBUC (R.). Ét. terminol. sur certains termes de text. Banque Mots. 1973, n° 6, p. 191. — HOTIER (H.). Le Vocab. du cirque et du music-hall en France. 1973, p. 53, 107. — MARSAUD (M.). L'impr. des timbres-poste. Banque Mots. 1974, n° 8, p. 202. — QUEM. DDL t. 18.

fil [fil] n. m.
ÉTYM. XIIe; lat. filum.
———
I
1 Brin long et fin des matières textiles. || Fil du lin, fils de coton.Réunion des brins de ces matières tordus et filés. Fili-. || Fil de lin, de chanvre, de coton, de jute (aloès), de laine (estame), de soie naturelle ou artificielle (organsin), de fibres synthétiques, de nylon. || Fils d'or (→ Blondin, cit. 1; broder, cit. 3).Fil à tisser, à coudre, à broder. || Fil cardé, peigné, mouliné, câblé, retors, tors. || Fil mercerisé. || Apprêter le fil. || Fil écru, fil teint. || Morceau, bout de fil. || Bobine de fil. || Renvider le fil. || Bobiner plusieurs fils ensemble. Assembler. || Fil en pelote, en écheveau; enroulé sur un fuseau, une canette.Fabrication du fil à tisser. Filature. || Ruban de fil. || Fil de trame, de chaîne d'un tissu. || Ourdir les fils. || Nœud formé par le fil dans un tissu. Maille. || Étoffe tissée de fils d'or et d'argent (→ Arabesque, cit. 8). || Compter des fils, tirer les fils ( Éfaufiler, effiler, effilocher, érailler, parfiler). || Jours à deux, à trois fils.Fabrication du fil à coudre. Filterie (ou fileterie). || Fil à bâtir, fil à boutons, gros fil, fil très fin. || Un dé, du fil et une aiguille (cit. 1 et 7). || Fil passé dans le chas d'une aiguille. Aiguillée; enfiler. || Faire un nœud à un fil. || Couper le fil. || Passer un fil pour coudre ( Couture), pour bâtir ( Faufil), pour broder ( Surfil). || Assemblage de fils. Lacis, réseau, torsade, tortis, tresse. || Fils entrecroisés, emmêlés, embrouillés.Fil à dentelles, à gants. || Chaussettes en fil d'Écosse. || Fil poissé de cordonnier. Ligneul. || Fil invisible.
1 Agrippine, mère de Néron, lorsque l'empereur Claude, son époux, donna au peuple un combat naval, y parut habillée d'une longue robe, toute de fil d'or, sans aucune autre matière.
Rollin, Hist. ancienne, Œ., t. X, p. 423, in Pougens.
2 (…) ses manchettes et son tour de gorge étaient bordés d'un fil de soie garni de pompons couleur de rose. Cela me parut animer fort une belle peau.
Rousseau, les Confessions, VII.
3 (…) elle tendit son aiguille à la lumière et approcha un fil (…)
J. Chardonne, les Destinées sentimentales, p. 282.
4 Des bouts de fil traînaient çà et là sur ses manches et sur les basques de sa jaquette.
P. Mac Orlan, Quai des brumes, VI.
Droit fil : sens des fils (trame ou chaîne) d'un tissu, par oppos. à biais. || Couper une étoffe de droit fil, entre deux fils, sans biaiser (→ Coulisse, cit. 1).Ellipt. || Une jupe droit fil.Fig. Directement.
5 De chez Clapu au Liguset, droit fil, on ne compte pas plus de sept ou huit cents mètres (…)
H. Bosco, le Jardin d'Hyacinthe, p. 95.
Fil à fil : un fil après l'autre. || Tissu qui s'effiloche fil à fil.
Loc. fig. (1954). Le droit fil : ligne de pensée, orientation. || « Le droit fil politique de l'Express est aujourd'hui le même qu'en 53 » (Giroud). — ☑ Loc. adv. ou adj. fig. Dans le droit fil de (qqch.) : conforme, conformément à (qqch.). Orthodoxe. || « Cette mesure est dans le droit fil de la nouvelle politique tendant à accélérer par tous les moyens l'élévation du niveau de vie du peuple » (le Monde, 6 juil. 1954).
Spécialt. Fil de lin. || Des draps de fil, fil et coton. || Gants de fil, pur fil.
6 À sa main gantée de fil, elle tenait un parapluie dont elle agaçait la virole.
J. Green, Adrienne Mesurat, XI.
Loc. fig. Être mince comme un fil. || Ténu comme un fil. || C'est un vrai fil.
Loc. (1594). Cousu de fil blanc. || Malice, finesse cousue de fil blanc, trop apparente pour abuser quiconque. Grossier (→ C'est un peu gros).
7 Oui, jouez l'étonné, pour me faire croire que vous ne leur avez pas écrit de venir ? C'te malice cousue de fil blanc !
Balzac, la Rabouilleuse, Pl., t. III, p. 991.
8 Cela n'avait pas le sens commun, c'était cousu de fil blanc; mais sa raison sommeillait, et depuis longtemps elle ne suivait plus que les feux follets de son imagination détraquée.
Renan, Souvenirs d'enfance, I, IV.
De fil en aiguille (cit. 11 et 12) : de propos en propos, petit à petit, insensiblement, par voie d'enchaînement.
9 (…) aux historiographes, qui poursuivent de fil en aiguille, comme on dit en proverbe, leur sujet entrepris du premier commencement jusques à la fin.
Ronsard, la Franciade.
10 De fil en aiguille, j'apprends d'eux qu'on cherchait justement un Pacha pour la figuration de l'intermède.
Céline, Voyage au bout de la nuit, p. 321.
Couper les fils en quatre (→ Couper les cheveux en quatre).
11 Croyez bien qu'il ne s'agit pas là d'un luxe futile n'intéressant que les grammairiens patentés, les amateurs de querelles byzantines et autres fendeurs de fils en quatre.
G. Duhamel, Discours aux nuages, p. 43.
Donner du fil à retordre à qqn, lui créer des embarras, des difficultés.
Allus. myth. Le fil de la destinée, de la vie. Parque; → Ciseau, supra cit. 5.
12 Ils (les Grecs) leur assignèrent (aux enfers) trois conseillers d'État, trois femmes de charge, nommées les Furies, trois Parques pour filer, dévider, et couper le fil de la vie des hommes (…)
Voltaire, Dict. philosophique, Enfer.
Avoir un fil sur la langue : zézayer légèrement (→ Avoir un cheveu sur la langue).
2 (1382). Brin de matière textile, de fibre ou de toute matière souple, servant à tenir, attacher. || Faisceaux de fils. Câble, cordage, corde, cordon, ficelle, toron. Mar. || Fil de caret, de marque.Ligament de fil. || Fil de collier reliant les perles. || Fil de canne à pêche. || Fil chirurgical… Ligature.
13 (…) les perles ne font pas le collier; c'est le fil.
Flaubert, Correspondance, 307, 14 févr. 1852.
14 Alors à nouveau l'odeur de l'éther, les fils qu'on enlève à une appendicite, un ventre blême et peureux, les pinces, l'iode.
Aragon, les Beaux Quartiers, XXVII.
tableau Lexique de la chirurgie.
(1845). || Fil à plomb : instrument formé d'une masse de plomb fixée à un fil, servant à donner la verticale. || Le fil à plomb d'un maçon.
15 Quelle solidité, quelle rigueur naquirent entre ces fils qui donnaient les aplombs, et le long de ces frêles cordeaux tendus pour être affleurés par la croissance des lits de briques !
Valéry, Eupalinos, p. 16.
Marionnettes à fils, manipulées par l'intermédiaire de ficelles.Par métaphore (→ Appât, cit. 12) :
16 Ah ! l'homme, dis-le moi, si tu le sais, l'homme, frêle jouet, gambadant suspendu aux fils des passions, ne serait-il qu'un pantin qu'use la vie et que brise la mort ?
Aloysius Bertrand, Gaspard de la nuit, À M. David, statuaire.
Fig. Ce qui attache, lie. Attache, lien.
17 (…) son esprit m'attachait à lui avec des fils imperceptibles qui semblaient venir de mon cœur (…)
A. de Musset, Fantasio, II, 1.
(Av. 1848). Fig. || Les fils d'une affaire, d'une organisation, ce qui la fait marcher, les moyens de la faire marcher. || Tenir dans sa main les fils d'une affaire. || Les fils d'une conspiration, d'une intrigue.
18 (…) encore l'organisation de son armée (de Napoléon) est-elle si parfaite qu'à peine est-ce une occupation; tout y est déterminé; tous les fils en sont dans sa main.
Ph.-P. Ségur, Hist. de Napoléon, VIII, 9.
Loc. fig. Ne tenir qu'à un fil, à très peu de chose, être fragile, précaire (→ Ballotter, cit. 6). || Sa vie ne tient plus qu'à un fil.
18.1 Sa fièvre était extrêmement forte, et toute la journée et la nuit se passèrent sans qu'il eût repris connaissance. La vie d'Harbert ne tenait plus qu'à un fil, et ce fil pouvait rompre à chaque instant.
J. Verne, l'île mystérieuse, t. II, p. 688-689.
Fam. Avoir un fil à la patte (par allus. au hanneton attaché par un fil) : être tenu par un engagement dont on voudrait bien se libérer. || Le Fil à la patte, comédie de Feydeau, dans laquelle un jeune homme qui veut se marier ne peut se débarrasser de sa maîtresse.
19 Il faut que le jeune crétin de milliardaire se promène dans le monde en traînant un fil à la patte.
Valery Larbaud, Barnabooth, III, p. 162.
(1748). Fil d'Ariane (cit.), fil conducteur (→ Chaînon, cit. 2), ce qu'on peut suivre pour se diriger (du fil d'Ariane, qui permit à Thésée de ne pas s'égarer dans le Labyrinthe). → Connaître, cit. 6. || Fil pour se diriger. Guide; guider (→ Dédale, cit. 7).
20 Pour en développer l'embarras incertain (du labyrinthe)
Ma sœur du fil fatal eût armé votre main.
Racine, Phèdre, II, 5.
21 Le classement est le fil d'Ariane dans le dédale de la nature.
A. Maurois, Lélia, VIII, I.
22 Cher Justin, tu m'aimes assez pour, dans cet apparent désordre, trouver le fil conducteur, saisir le fil de ma vie.
G. Duhamel, Chronique des Pasquier, VI, XIV, p. 418.
Spécialt. Fibre utilisée pour les sutures, les ligatures, en chirurgie. || Fil résorbable. Catgut.
Argot anc. || Fil de soie : lacet pour étrangler.
3 Morceau d'une matière qui s'étire en brins longs et minces. || Les fils du gruyère dans les spaghettis. || Fils de verre.
22.1 Gridoux et Turandot se débattent en silence avec les fils du rapé.
R. Queneau, Zazie dans le métro, p. 175.
Fig. et vieilli. || Un fil de liqueur, un filet, une très petite quantité. Larme.
Par métaphore. || Un fil de fumée. Filet.
4 Collier (de perles, de pierres) enfilé. || Un fil de perles.
5 Sports. Limite d'arrivée d'une course à pied en général matérialisée par un fil tendu, que le coureur coupe en passant la ligne. || Être coiffé sur le fil.
———
II
1 (XIIIe). Matière métallique étirée en long brin mince. || Fil métallique. || Fabrication des fils. Filière, tréfilerie, tirerie. || Écacher un fil. || Fil d'étain, de cuivre, de laiton (fil d'archal, cit. 1 et 2), de plomb, de tungstène. || Câble (cit. 1) en fil d'acier. || Fil d'antenne. || Fil entourant une poignée. Filigrane. || Fil de cartisane.
Cour. || Fil de fer : fil métallique (fer, acier). → Arbre, cit. 30; enroulement, cit. 2. || Fil de fer roulé en cercle. Torque. || Fil de fer galvanisé. || Clôture en fils de fer. || Réseau de fils de fer barbelés, pour empêcher le passage. Ronce.
23 Les verges de fer doux sont pour les clous des maréchaux, et peuvent être passées par la filière pour faire du gros fil de fer, des anses de chaudières (…)
Buffon, Hist. nat. des minéraux, t. IV, p. 165.
24 (…) le poste était installé dans une bâtisse toute neuve entourée d'un petit mur bas et d'un réseau de fils de fer barbelés.
P. Mac Orlan, la Bandera, XIII.
Fil à couper le beurre : instrument formé d'un fil métallique portant à ses extrémités deux poignées et qui sert à débiter les mottes de beurre. — ☑ Loc. fam. Il n'a pas inventé le fil à couper le beurre : il n'est pas bien malin.
(1890). Spécialt. Conducteur électrique fait de fil métallique entouré d'une gaine isolante. || Fil électrique. || Fil induit. || Fil d'une lampe. || Fil d'une radio, d'un fer au moyen duquel on branche l'appareil ( Prise). || Fil muni de deux fiches.
(1869, in Année sc. et industr. 1870, p. 133). || Fil de terre. || Fils télégraphiques. || Télégraphie, téléphonie sans fil. Radio, T. S. F.
25 (…) les fils télégraphiques sur lesquels des oiseaux, fatigués par la chaleur, venaient se reposer.
J. Green, Adrienne Mesurat, III, III.
Fil téléphonique. || Téléphone sans fil. || Téléphone à fil ( 2. Filaire). — ☑ Fam. Qui est au bout du fil ?, à l'appareil (→ Bêler, cit. 3; écouteur, cit. 3).Coup de fil.Donner, passer un coup de fil. Téléphoner; → Coup de téléphone. || Il a reçu plusieurs coups de fil dans la matinée. Communication.
25.1 Qu'est-ce que son message signifiait au juste ? Qui était à l'autre bout du fil ?
G. Simenon, Feux rouges, p. 19.
25.2 (…) le mieux, d'ici une quinzaine, serait de donner un coup de fil au médecin. Après ce coup de fil, et une nouvelle auscultation, le médecin peut parfaitement faire une petite moue (…)
Jacques Laurent, les Bêtises, p. 559.
2 (1690). Filandre que l'araignée sécrète pour se mouvoir dans l'espace, faire sa toile. || Araignée qui descend au bout de son fil.
26 Un seul fil remué fait sortir l'araignée.
Hugo, la Légende des siècles, XX, I.
27 (…) la grosse araignée s'éveillait aussi, prenait ses mesures d'arpenteur et quittait le plafond au bout d'un fil, droit au-dessus de la veilleuse à huile où tiédissait, toute la nuit, un bol de chocolat (…)
Colette, la Maison de Claudine, p. 68.
Loc. (1755). Fils de la vierge : fils de certaines araignées qui ne font pas de nid, et que le vent emporte au loin (par allus. poét. à des fils soyeux échappés du fuseau de la Vierge Marie). → Araignée, cit. 4; argenté, cit. 4.
3 a (Mil. XVIIIe). Fibre de certaines matières; sens des fibres. || Suivre le fil du bois en le cassant. || De fil : dans le sens des fibres.Couper un morceau de viande dans le fil. || Le fil du tabac.
28 Il prescrivait de tailler des planchettes dans le fil du bois afin qu'interposées entre la maçonnerie et les poutres qui s'y appuient, elles empêchassent l'humidité de s'élever dans les fibres, et bue, de les pourrir.
Valéry, Eupalinos, p. 23.
Loc. Bois de fil, dont les veines sont dans le sens de la longueur de l'ouvrage.
b (Un, des fils). Filament durci de certains légumes (notamment les haricots), que l'on enlève avant de les consommer. || Haricots verts sans fils. || Éplucher de la rhubarbe, en retirant les fils des tiges. || Enlever les fils des haricots verts, des côtes de bettes.
4 (1783). Défaut, veine mince dans une pierre le long de laquelle une brisure peut se faire. || Cette tablette de marbre a un fil.
29 D'autres sont traversés par un très grand nombre de fils d'un spath tendre, et les ouvriers les appellent marbres filandreux.
Buffon, Hist. nat. des minéraux, t. II, p. 18, in Pougens.
———
III Fig.
1 (XIIe). Vieilli. Sens dans lequel un cours d'eau coule ( Courant). || Suivre le fil d'une rivière. || Se laisser aller au fil de l'eau. || Barque emportée au fil des eaux.
30 (…) mais cherchez-la plus bas :
Suivez le fil de la rivière.
La Fontaine, Fables, III, 16.
31 Leur existence ressemble à une promenade en barque, par temps calme : ils n'ont qu'à se laisser glisser au fil de l'eau, — jusqu'au débarcadère.
Martin du Gard, les Thibault, t. IX, p. 72.
32 La rue m'emporta, comme un noyé au fil de l'eau.
G. Duhamel, Salavin, Conf. minuit, VI.
Techn. || Centrale au fil de l'eau : centrale hydro-électrique sans barrage.
(XVIe). Fig. || Au fil des heures, des jours, tout au long.
33 Les complications se dénoueraient d'elles-mêmes au fil des heures.
P. Mac Orlan, la Bandera, XVI.
2 (Mil. XVIe). Cours, enchaînement, liaison, succession, suite. || Le fil des événements, des idées, des pensées, des analogies, d'un discours. || Le fil de la conversation. || Suivre le fil de ses idées. ver; → Dévider la bobine de ses pensées. || Rompre, couper (cit. 16) le fil d'un récit.Fam. || Couper le fil à qqn.Perdre le fil : ne plus savoir ce qu'on voulait dire. || Reprendre le fil d'une narration (cit. 3) après une parenthèse.
34 Je suis toujours attristée, ma fille, quand quelqu'une de vos lettres s'égare : cela me fait perdre le fil d'une conversation qui était toute liée, et qui fait ma joie et mon divertissement.
Mme de Sévigné, 1215, 14 sept. 1689.
35 Une bonne journée à deux (…) ne me coupera pas mon travail comme un arrêt d'une semaine, à un moment où j'ai besoin de ne pas perdre le fil de mes pensées.
Flaubert, Correspondance, 322, 23 mai 1852.
36 C'est surtout aux heures où l'on aurait le plus besoin de les rattacher aux réalités poignantes de la vie que tous les fils de la pensée se rompent dans le cerveau.
Hugo, les Misérables, I, VII, VIII.
37 Il n'en pouvait suivre le fil (de la conversation), il la trouvait décousue.
R. Radiguet, le Bal du comte d'Orgel, p. 183.
38 (…) j'avais parfois grand-peine à ressaisir le fil de mon sommeil.
G. Duhamel, la Pesée des âmes, p. 113.
39 (…) le sentiment de mon impuissance m'étreint si vivement que je perds le fil de mon pauvre courage, comme un orateur maladroit perd le fil de son discours.
Bernanos, Journal d'un curé de campagne, p. 302.
———
IV
1 (XVIe). Partie coupante d'une lame. Tranchant. || Le fil d'un couteau, d'un rasoir, d'une épée. || Donner le fil, du fil à une lame. Affiler, aiguiser, affûter. || Abîmer, ébrécher le fil d'un couteau.
40 Quoique j'aie pris ma retraite, dans l'éloignement des combats maritimes, mon épée de commodore, suspendue à la muraille, n'est pas encore rouillée. D'ailleurs, il est facile d'en repasser le fil.
Lautréamont, les Chants de Maldoror, VI, p. 237.
(1973). Loc. fig. Sur le fil du rasoir : de façon précaire, dans une situation instable. || « La rentrée, reconnaît le conseiller, se fait sur le fil du rasoir » (l'Express, 27 août 1973, in Gilbert).
Loc. Le fil de l'épée, son tranchant (opposé à la pointe), et, au fig., l'épée, en tant qu'arme. || Le Fil de l'épée, texte de Ch. de Gaulle. — ☑ Passer au fil de l'épée : tuer en passant l'épée au travers du corps.
41 Napoléon se décida, dit M. Thiers, à une mesure terrible et qui est le seul acte cruel de sa vie : il fit passer au fil de l'épée les prisonniers qui lui restaient (…)
Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe, t. III, p. 106.
2 (1828, Vidocq). Argot anc. Avoir le fil : être rusé, malin.
———
V (1808). Fil en trois, en quatre, en six : eau-de-vie très forte.
42 Ça m'écœure, l'anisette… Je vas revenir au dur… Donnez-moi du fil en quatre, cher ami ?
On sert de l'eau-de-vie à la grosse femme, qui l'avale sans sourciller (…)
Ch. Paul de Kock, la Grande Ville, éd. 1842, Paris, p. 262.
DÉR. Filardeau, filière, filin, filoche, filterie. — V. aussi Filaire, filament, filasse, filer, filet.
COMP. Défiler, effiler, enfiler, faufiler, passefiler; bifilaire, filiforme, multifilaire; casse-fil, contrefil, guide-fil, serre-fils, tranchefil; fil-à-fil. — V. aussi Affiler, morfil.
HOM. File.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • fil — fil …   Dictionnaire des rimes

  • fil — (fil ; au pluriel, l s ne se lie pas ; cependant plusieurs la lient : des fil z argentés. Au XVIIe siècle on prononçait fi ; l l ne se prononce dit Chifflet, Gramm. p. 209, qu en cette phrase de fil en aiguille. Au XVIe siècle Palsgrave, p. 24,… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • fil — FIL. s. m. Petit brin long & delié qui se tire de l escorce, du chanvre & du lin, &c. Du chanvre qui donne de beau fil. les fils de ce lin là sont extremement deliez. les fils dont on fait les toiles de lin, les toiles de chanvre, les toiles de… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • FIL —  Pour les articles homophones, voir File et Phil. Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. {{{image}}} …   Wikipédia en Français

  • Fil d'or — Fil métallique Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Un fil métallique est un type de fil formé de métal par tréfilage, c est à dire l étirage d une matière ductile. Sommaire 1 Fil de fer …   Wikipédia en Français

  • FIL — (del lat. «fīlum»; ant.) m. Fiel de *romana. Fil derecho. Juego del salto o *saltacabrilla. * * * fil. (Del lat. fīlum). m. desus. fiel de romana. || fil derecho. m. desus. pídola. || …   Enciclopedia Universal

  • Fil — may refer to: * Federation Internationale de Luge de Course, the international governing body on the sport of luge. * Fidelity International Limited, a major international mutual fund company, part of the Fidelity Investments groupFil may refer… …   Wikipedia

  • fil — (Del lat. fīlum). m. desus. fiel de romana. fil derecho. m. desus. pídola. estar en fil, o en un fil. frs. p. us. Denotan la igualdad en que se hallan algunas cosas …   Diccionario de la lengua española

  • FIL — Saltar a navegación, búsqueda FIL son las siglas de: Federación Internacional de Luge Feria Internacional de Lisboa. Festival Intercéltico de Lorient. Federación Internacional de Lechería. Feria Internacional del Libro de Guadalajara Feria… …   Wikipedia Español

  • fil´i|al|ly — fil|i|al «FIHL ee uhl», adjective. 1. of a son or daughter; due from a son or daughter toward a mother or father: »filial affection. The children treated their parents with filial respect. 2. Genetics. of any generation of offspring of a hybrid.… …   Useful english dictionary


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.